Guide : c’est quoi la luminosité, les nits (cd/m²) d’un écran ?

Un terme revient sans cesse dans les fiches techniques d’un écran : la luminosité. Dans les articles qu’on peut lire dans la presse, nous retrouvons plusieurs termes qui désignent la luminosité d’un écran : le nits et le cd/m². Spoiler alert : la luminosité augmente parallèlement à ces valeurs. Mais laissez-nous vous expliquer précisément ce que cela représente.

Comprendre la luminosité annoncée d’un écran en cd/m² ou nits

Le nit, du latin « nitere » signifie « briller », il s’agit d’une unité de mesure permettant de quantifier l’intensité lumineuse d’une surface et qui définit par conséquent la luminance de l’écran. Notez bien que le nit est égal à un candela par mètre carré (1 cd/m²). Dans les fiches produits, nous retrouvons cette valeur dans les caractéristiques techniques. Si l’on prend l’exemple de notre ASUS ROG Swift PG43UQ fraîchement testé, la fiche produit indique 1000 cd/m². Cela veut dire que l’écran peut atteindre jusqu’à 1000 nits (cd/m²) lorsque la luminosité est à son maximum. Cela vaut pour un écran disposant d’une certification VESA DisplayHDR 1000. Évidemment cela n’est seulement qu’une valeur annoncée, dans les faits ces spécifications seront plus ou moins respectées, c’est pour cela que nous relevons la luminosité d’un écran dans nos tests.
Notez toutefois que pour profiter pleinement de son écran, nous n’avons pas forcément besoin d’avoir la luminosité au maximum à moins de vouloir volontairement se fatiguer les yeux. Dans notre cas nous aimons nous fixer à 250 cd/m², les graphistes descendront encore bien plus bas. Cela pourra aussi dépendre de l’éclairage ambiant de la pièce où l’on se trouve.

comprendre la luminosité en cd/m² ou nits d'un écran
Test d’uniformité de la dalle d’un ASUS ROG Swift PG35VQ

Un écran sans cette certification atteindra plus souvent 300 à 400 cd/m². Il existe bien d’autres certifications HDR qui impliquent d’autres niveaux de luminosité. Nous reviendrons sur ce sujet dans un article dédié.
Attention, il ne faut pas confondre avec les lumens d’un écran qui représentent de manière subjective la quantité de lumière perçue par l’œil en présence d’une source de rayonnement électromagnétique. D’ailleurs en parlant de ce que notre œil peut percevoir, nous percevons une plage bien plus grande pouvant aller de 0,0001 à 20 000 nits, mais ça vous vous en doutiez déjà.

Enfin, sachez que la luminosité d’un écran n’est jamais parfaitement uniforme sur l’ensemble de la dalle. C’est là aussi un point que nous testons dans nos articles. Les dalles peuvent présenter plus ou moins d’écart selon leur qualité, parfois cela peut se voir à l’œil nu et parfois non. Les graphistes ayant besoin de dalles uniformes présentant de bonnes couleurs se tourneront vers des écrans professionnels comme ceux de la gamme ProArt de chez ASUS ou encore vers des marques reconnues dans le domaine comme Eizo.

Pour conclure ce petit billet sur la luminosité, en avoir beaucoup ne sert pas forcément pour toutes les utilisations. En effet, nous profiterons surtout d’une haute luminosité dans des jeux compatibles HDR ou encore sur certains films. À l’heure actuelle, très peu d’applications gèrent l’HDR et Windows le fait tout simplement très mal. Si vous cherchez un écran uniquement pour de la bureautique et quelques jeux légers non HDR, avoir beaucoup de nits ne sert à rien. Moralité : Ce qui compte, c’est pas pas la quantité, c’est la façon dont on s’en sert.


 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.