Test : GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G, entre joie et frustration

    Aujourd’hui dans la Cuisine du Hardware, nous passons en test la carte graphique GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G. Une carte graphique d’entrée de gamme de chez NVIDIA qui se place logiquement sous la RTX 3060. Nous allons voir tout au long de ces pages les caractéristiques techniques de cette carte de chez GIGABYTE, ses performances en jeu et applications, mais aussi ce qu’elle propose en termes de températures, consommations et latences. Notez qu’elles seront disponibles à la vente à partir de demain, le 27 janvier 2022.

    Carte graphique GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G

    La RTX 3050 de NVIDIA est la nouvelle référence entrée de gamme de la marque au caméléon. Elle se destine donc aux petits budgets (même si aujourd’hui c’est le monde à l’envers question tarif). Sur le site de NVIDIA, cette carte est comparée aux GTX 1050 et GTX 1650 qui sont donc sous la 3050. En pratique, comme nous allons le voir plus loin, elle est globalement au niveau d’une GTX 1660 SUPER, mais avec quelques avantages pas forcément négligeable. Cette nouvelle référence propose donc des performances d’entrée de gamme, mais en ajoutant des RT Cores et Tensors Cores pour pouvoir activer le DLSS et le Ray Tracing en jeu. De notre côté, nous nous disons que jouer en Ray Tracing avec une carte entrée de gamme, ça ne vaut pas le coup, en revanche, l’apport du DLSS n’est pas négligeable. Cette carte est destinée aux joueurs 1080p bien sûr, mais sera aussi efficace dans certains titres pas trop gourmands en 1440p. En plus de ceci, nous avons également l’ajout de l’AV1, du NVENC et bien sûr de la technologie NVIDIA Reflex.

    Pour le reste des caractéristiques, fonctionnant sur une interface PCIe Gen4 x8, nous avons ici un GPU GA106-150 provenant de Samsung Foundries avec une finesse de gravure de 8 nm. Le GPU est équipé de 2560 CUDA Cores. Les 8 Go de mémoire GDDR6 sont à 14 Gbps et nous sommes sur un bus de 128-bit pour une bande passante de 224 GB/s.
    Pour le TDP, il est annoncé à 130 W et la carte nécessite une alimentation PCIe 8-pins. La fréquence Boost sur les modèles de références est de 1777 MHz, sur notre GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G la fréquence est de 1822 MHz, soit un OC d’usine de +3 %.

    Test GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G
    GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G

    Concernant le prix conseillé, cette GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G est annoncée à 469 euros TTC. Aucune chance de la trouver à un prix inférieur et beaucoup de la voir un peu plus chère que ça. Notez que les cartes sans OC usine devraient, sur le papier, avoir des tarifs plus proches des 279 euros annoncés par NVIDIA. En pratique, cette carte est affichée à 599,95 euros chez LDLC et 589,99 euros sur TopAchat.


    Petit aparté, si vous voulez avoir encore plus de FPS quelque soit votre carte graphique, nous vous invitons à lire l’article ci-dessous traitant de la technologie Image Scaling de NVIDIA.

    Test : NVIDIA Image Scaling, ou comment gagner des FPS sur tous les GPU ?

    Packaging : GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G

    Au niveau du packaging, le carton repose sur le classique thème couleur noir et orange que nous retrouvons habituellement sur cette gamme de cartes de chez GIGABYTE. Sur l’avant, nous avons l’œil mécanique de la marque avec les logos et références. C’est à l’arrière que nous avons plus de détails sur les spécifications techniques et surtout le système de refroidissement. Quant au bundle, il est très sommaire avec seulement un guide rapide d’utilisation.

    GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G : aspect visuel

    Visuellement nous sommes sur le design classique des cartes de GIGABYTE. Un système de refroidissement à trois ventilateurs est présent. Le ventilateur central dispose d’un sens de rotation inverse à ceux des extrémités. Ceci permet de réduire les turbulences dans le flux d’air généré. La carte dispose bien sûr d’un mode semi-passif puisque sous un certain seuil de température les ventilateurs se coupent pour que le PC reste silencieux lorsque la carte graphique n’est pas fortement sollicitée. Les pales disposent d’une lubrification avec du nanographene permettant d’améliorer leur durée de vie de 2,1 fois par rapport à un ventilateur classique à double roulement à billes.

    Comme on le voit au niveau de la backplate, une ouverture est présente et on distingue le ventilateur à travers le radiateur. Ceci permet de créer un flux d’air traversant la carte sans laisser d’air chaud stagner à l’intérieur. Cette backplate en métal est de couleur argentée et comprend au centre le logo GIGABYTE. Sous l’ouverture nous retrouvons aussi la mention SCREEN COOLING.

    Système de refroidissement

    Quelle que soit la tranche de la carte, le design est à peu de chose près identique. Le système de refroidissement est largement visible avec notamment les radiateurs et les caloducs en cuivre.

    Au niveau de la connectique, cette carte propose deux ports Displayport 1.4a et deux ports HDMI 2.1. À l’autre extrémité, le carénage recouvre tout morceau de PCB et nous retrouvons la mention GAMING SERIES.

    Sur cette carte graphique, on trouve également un petit éclairage RGB configurable via le logiciel RGB FUSION 2.0. Comme pour les autres cartes disposant de ce design, cet éclairage se contente de rétro-éclairer le logo GIGABYTE avec une petite bande dessous.

    Éclairage RGB FUSION 2.0

    NVIDIA Broadcast

    NVIDIA Broadcast fait le bonheur des streamers puisqu’il intègre également la fonction RTX Voice qui permet de supprimer les bruits autour de soi lorsqu’on parle dans un micro. Cette fonctionnalité a déjà été testée il y a un moment et est toujours aussi efficace.

    Une des grandes forces de ce logiciel est sa capacité à réaliser certaines actions bien pratiques pour les streameurs. En effet, on pourra sur notre webcam, ou appareil photo grâce à Elgato et sa Cam Link 4K, produire un flou en arrière-plan, supprimer le fond, ou encore remplacer le fond par une autre image. De plus, on retrouve également une fonctionnalité qui permet de cadrer automatiquement sur notre visage et même de suivre les mouvements pour garder en permanence un bon cadrage. Via ces fonctionnalités, Broadcast permet donc même de se passer d’un fond vert pour réaliser cela. La technologie s’appuyant bien sûr sur les Tensor Cores des cartes graphiques, il faudra cependant une configuration qui tienne la route.

    CONFIGURATION REQUISE
    GPU NVIDIA GeForce RTX 2060, Quadro RTX 3000, TITAN RTX ou plus
    MÉMOIRE SYSTÈME 8 Go de RAM ou plus
    CPU Configuration recommandée : Intel Core i5 8600, AMD Ryzen R5 2600 ou plus
    Pilotes Pilote d’affichage NVIDIA version 456.38 ou plus
    Internet Connectivité Internet pour l’installation

    Caractéristiques techniques : GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G

    Nom commercial GIGABYTE RTX 3050 GAMING OC 8G
    Moniteurs supportés 4
    CUDA Cores 2 560
    Architecture Ampere
    TMU 80
    ROP 48
    Tensor Cores 80 (4 par SM)
    RT Cores 20
    Fréquence GPU Boost : 1822 MHz
    Fréquence mémoire 14 Gbps
    RAM 8 Go GDDR6
    Bus 128 bits
    Taille L=282 W=117 H=41 mm
    Sortie vidéo 2 x DisplayPort 1.4a
    2 x HDMI 2.1
    Alimentation 8-pins
    Alimentation recommandée 450 W
    TGP 130 W
    DirectX 12 Ultimate
    OpenGL 4.6

    Passons à la suite et regardons de plus près l’architecture Ampere.

    Lire la suite


    2 Commentaires

    1. Bonjour,

      est-ce que cette carte me permettrait de jouer sur ma télé 4K oled (120Htz et hdmi 2.1) ?
      j’avais lu que pour avoir le 4K je devais avoir minimum une 3060 RTX, est-ce également valable pour cette carte ?

    2. Il me semble que cette carte supporte bien le Hdmi 2.1.

      Sinon votre test met bien en évidence qu’une 1660 super reste un bon plan d’occaze. Il est bien dommage que cette carte ne colle pas d’avantage aux perfs de la 2060…

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.