Test : Intel Core i7-12700, un bon CPU 12 cœurs 20 threads ?

    Aujourd’hui dans la Cuisine du Hardware, nous avons le plaisir de passer en test le processeur Intel Core i7-12700. Il s’agit d’un CPU doté de 12 cœurs et de 20 threads via 8 P-Cores et 4 E-Cores. Nous allons voir ses performances tout au long de notre test, que ce soit en termes de températures, consommation, mais aussi bien sûr question performances en gaming et en applicatif.

    Processeur Intel Core i7-12700, notre test complet

    Rentrons un peu plus dans les caractéristiques techniques de ce processeur. Pour commencer, vous aurez remarqué que nous ne sommes pas sur le 12700K, mais bien sur le 12700. Ceci veut dire que nous n’avons pas le coefficient débloqué et que donc nous ne pourrons pas pousser le ratio pour passer les fréquences au-delà de ses spécifications officielles. De plus, nous avons aussi des fréquences à stock plus basses. En effet, la fréquence des P-Cores en Base est de 2,1 GHz au lieu de 3,6 GHz avec un Boost à 4,9 GHz au lieu de 5 GHz. Quant aux E-Cores, nous sommes sur du 1,6 GHz à 3,6 GHz en Base/Boost au lieu de 2,7/3,8 GHz sur la version 12700K. Rappelons que pour cette génération, Intel a annoncé un gain allant jusqu’à 19 % par rapport à la génération précédente de cœurs Cypress Cove dans Rocket Lake, ceci à la même fréquence.

    Autre changement : la consommation. Ici, le PL1 est de 65W au lieu de 125W et le PL2 passe à 180W contre 190W sur le 12700K. 12e génération de CPU Intel Core oblige, nous retrouvons sur ce i7 l’architecture hybride avec deux types distincts de cœurs. D’un côté nous avons quatre cœurs à haute efficacité énergétique « Efficient » qui sont appelés E-Core (nom de code Gracemont) et de l’autre côté se trouvent huit cœurs « Performance » qui se nomment P-Core (au nom de code Golden Cove). C’est une distinction importante à faire, et pour plusieurs raisons. Il faut prendre en considération que les cœurs à haute efficacité énergétique ne profitent pas de l’Hyperthreading, c’est pourquoi il s’agit d’un processeur à 12 cœurs et 20 threads et non 24 threads comme il serait logique d’avoir quand on a 12 cœurs.

    Cet i7-12700 utilise un cache L3 de 25 Mo avec un cache L2 de 12 Mo. Nous sommes ici sur un processus de gravure de 10 nm. Pour rappel, ce processeur gère nativement la mémoire DDR4-3200 et DDR5-4800. De plus, on retrouve une partie graphique intégrée basée sur un Intel Iris Xe Graphics 32 (UHD Graphics 770). 20 lignes PCIe sont présentes. Vous l’avez sans doute compris, certaines cartes mères tourneront avec de la DDR4 et d’autres avec de la DDR5, les slots étant différents en plus de l’architecture, il n’y aucune rétrocompatibilité entre ces normes mémoires.

    Test Intel Core i7-12700

    Allié à la technologie Intel Thread Director, Windows 11 a été conçu pour fonctionner de manière optimale avec ces processeurs Intel Alder Lake-S. En effet, avec deux types de cœurs différents et donc des performances différentes, le système doit en avoir conscience pour pouvoir attribuer chaque type de cœur à des tâches précises afin d’optimiser les performances globales. L’architecture d’instructions (ISA) est de ce fait plus complexe que sur les anciennes générations de CPU. Les systèmes mobiles fonctionnent pour la plupart déjà de cette manière, mais c’est une petite nouveauté dans le monde du Desktop.

    Selon Intel, les P-Cores sont optimisés pour les applications à un seul et léger thread comme les jeux ou les tâches de productivité générale en premier plan et se concentrent davantage sur les aspects liés aux performances. Pour les E-Cores, ils sont orientés vers les charges de travail avec de nombreux threads et peuvent également aider à gérer les tâches d’arrière-plan.

    Cette technologie permet au planificateur du système d’exploitation d’être au courant de la présence de différents ISA sur le même SoC et de gérer efficacement les ressources. Intel a déclaré que Thread Director prend en compte plusieurs paramètres tels que le TDP, la puissance disponible, etc., et fournit un retour continu au planificateur du système d’exploitation avec une « précision à la nanoseconde ». C’est pour ces raisons que ces processeurs ne seront pleinement utilisés que sous l’OS Windows 11.

    Dernier détail, nous n’avons pas reçu notre i7-12700 avec sa boîte originale, mais notez que pour l’achat de ce CPU, vous aurez avec le ventirad Intel Laminar RM1.


    Quid des tarifs ?

    Maintenant pour parler des prix, si nous regardons du côté de LDLC, le i7-12700 est affiché à 455,95 euros et 569,95 euros pour le 12700K. Si l’on regarde du côté d’Amazon, le 12700 est actuellement affiché à 390 euros et 409 euros pour la version i7-12700K.


    Passons maintenant à la suite de ce test et regardons les configurations de référence avant d’attaquer les benchmarks.

    Lire la suite


    4 Commentaires

    1. Merci Cyril pour ce test qualitatif, néanmoins, bien que ce cpu soit « cost/power/power » effective, les benchs realisès contre ses adversaires de 10/11th génération sont difficilement comparables.
      Il aurait peut-être fallu le comparer aux versions K 12th gen et versions non K 10/11th gen, je possède deux 10900k, facilement overcockables à 5.2 ghz sur les 10 cores, les résultats des benchs sont partiellement faussés à cause de ce coefficient justement. Les consommateurs n’achètent pas des K pour ne pas les overclockés. Ainsi, le 10900k à titre d’exemple prends facilement 2000pts sur cinebench, il en a va de même en jeux…
      Ou alors, le comparer avec des 10/11th gen overclockés afin de mieux mettre en evidence les ecarts moins significatifs pouvant pousser ou non le consommateur à changer de plateforme, surtout dans le cas présent ou le socket n’étant pas compatible avec les 10/11th gen, ce qui entraîne encore un prix plus grand si changement de plateforme, pour finalement ne pas avoir tant de gains de performance par rapport à l’investissement d’un changement de plateforme…
      Bref, merci pour ce test montrant néanmoins qu’intel a bien rattrapé Amd avec les E/P cores en applicatif.

      • Salutation Teka !

        Etant « Helper » sur certains forum informatique, je peux te dire qu’il existe une quantité de noobs qui serait prête à partir sur un processeur en « K » sans savoir de quoi il s’agit (merci le marketing Intel) !

        • Pas faux haha, en ce qui me concerne j’ai mes propres résultats dans ces mêmes benchs, donc je sais à quoi m’attendre, cad attendre les 14th gen en Q2 2023, si intel se bouge un peu, entre leur Road map et la réalité, y’a souvent un univers, surtout quand il s’agit de graver en 7nm et moins, on observe le géant bleu galérer (ça va les secouer pour de bon entre AMD, Nvidia, Samsung et les ARM, ce sont les derniers à se mettre au 7nm sur leurs cpus)

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.