Test : Intel Core i9-10850K, seulement 100 MHz en moins que le 10900K !

    Aujourd’hui dans la Cuisine du Hardware nous testons le faux jumeau du i9-10900K. En effet, le processeur Intel Core i9-10850K en est la copie conforme à une différence près : il présente des fréquences de 100 MHz de moins. En partant de ce principe, on s’attend logiquement à des performances très proches pour ce CPU de chez Intel, et nous allons donc mesurer tout cela en détail.

    Processeur Intel Core i9-10850K, notre test complet

    En mai dernier sortait la nouvelle génération de processeur mainstream Intel Core de 10ème génération Comet Lake-S reposant toutefois toujours et encore sur l’architecture Skylake (attention non compatible avec les systèmes d’exploitation antérieurs à Windows 10). Initialement, cette génération comportait un i7-10700K puis le i9-10900K. Entre-temps est arrivé sur le marché le Intel Core i9-10850K. Un processeur en tout point pareil au 10900K à la différence des fréquences qui sont à peine plus basses de 100 MHz comparativement à son aîné. Il est question d’un CPU doté de 10 cœurs et 20 threads tournant à des fréquences de 3,6 GHz en base à 5,2 GHz en Thermal Velocity Boost. Ce processeur dispose d’un TDP de 125W et est annoncé à un prix de 453 dollars contre 488 dollars pour le 10900K dont il est très proche. La comparaison avec le flagship mainstream concurrent est difficile puisque chez les rouges le Ryzen 9 3950X dispose déjà de 16 cœurs et 32 threads avec une finesse de gravure réduite de moitié. En effet Intel utilise encore le procédé 14 nm+++ alors qu’AMD est passé au 7 nm. Il vaut donc mieux le comparer avec le Ryzen 9 3900X a 12 cœurs et 24 threads, les rouges n’ayant pas encore de CPU à 10 cœurs dans son line-up. Notez que nous avons une partie graphique intégrée avec l’Intel UHD Graphics 630 tournant au maximum à 1200 MHz et prenant en charge une définition maximale de 4096 x 2304 pixels à 30 Hz via le port HDMI 1.4b et monte à 60 Hz via le DisplayPort. Le 10850K va gérer de la mémoire DDR4-2933 en Dual Channel et est garanti deux ans.

    Test Intel Core i9-10850K

    Ce processeur est compatible avec les cartes mères au socket LGA1200, chipset Z490 et autre série 400 comme le H470 ou encore le B460. Notez qu’il n’y a pas de réelles innovations sur ce processeur puisqu’il s’agit d’un refresh des générations précédentes, il consiste donc seulement en quelques améliorations. Notez que nous sommes toujours sur du PCIe 3.0 avec 16 voies pour le CPU. Le PCIe 4.0 arrivera avec la prochaine itération de processeurs Intel : les Rocket Lake.

    Nous allons au travers de ce test analyser ses caractéristiques techniques et bien entendu ses performances via nos benchmarks aussi bien d’une manière logicielle que directement via une sélection de jeux vidéo. Malheureusement nous avons reçu le processeur dans une petite enveloppe et il est donc dénué de son packaging. Nous ne pourrons donc vous présenter sa boîte. Cependant, officiellement, elle est identique à celle du 10900K.

    Quid des tarifs ?

    En prenant en compte le fait qu’il s’agit seulement d’un 10900K avec 100 MHz de moins, on pourrait s’attendre à un prix que légèrement inférieur, mais que nenni ! En effet, alors que le 10900K est actuellement au prix de 699,95 euros sur LDLC ou encore 658 euros sur Amazon, notre i9-10850K est lui à 569,95 euros sur LDLC et 539 euros sur Amazon. Une différence de prix non négligeable, surtout si les performances sont à la hauteur du 10900K, ce que nous allons voir dans les pages suivantes. Si l’on regarde chez la concurrence, AMD propose un 3900X à 12 cœurs qui peut se trouver entre 450 et 535 euros selon les revendeurs, une alternative qui peut se montrer très intéressante selon l’utilisation que l’on fait de son PC.

    À cela il faut rajouter le coût de la carte mère puisqu’aucune rétrocompatibilité n’est possible (nouveau socket). Malheureusement le coût d’une carte mère au chipset Z490 est particulièrement élevé si l’on compare avec la génération de cartes mères précédentes. En effet, si on prend pour exemple la carte mère Test : ASUS ROG STRIX Z490-E GAMING, une bonne carte mère qui nous a servi à tester ce processeur, on prend + 100 euros et on passe de 240-260 euros à 320-340 euros, un surcoût non négligeable sur le prix global d’une machine. Si on prend d’autres exemples, la carte mère MSI MEG Z490 ACE se vend à un prix de 430-480 euros tandis que sa version en Z390 était à 330 euros si on se réfère au prix actuel de LDLC. Certes les VRM sont renforcés pour supporter le CPU 10 cœurs et 20 threads, la connectique est revue à la hausse, mais c’est un surcoût qui fait très mal étant donné la forte concurrence avec les processeurs de chez AMD en face. L’entrée de gamme se fait désormais aux alentours des 200 euros. Toutefois, si l’overclocking manuel et les connectiques supplémentaires qu’offre le chipset Z490 ne sont pas essentiels, on pourra très bien se tourner vers le chipset B460 qui permet de profiter de ce processeur également.

    Caractéristiques techniques

    Doté de 10 cœurs et de 20 threads avec 20 Mo de cache Intel Smart Cache, ce processeur possède des fréquences pouvant atteindre 5,2 GHz en pic et 4,8 GHz sur tous les cœurs. Attention toutefois, nous avons quelques nouveautés au niveau des fréquences boost, voyons tout ça en refaisant le tour de ce que nous connaissions déjà pour ne pas s’y perdre.

    • Turbo Boost 2.0 : il s’agit de la technologie la plus basique boostant les fréquences des processeurs. Le Turbo Boost 2.0 est disponible dans toutes les références de CPU Core i9, Core i7, Core i5 et Core i3 de 10ème génération.
    • Turbo Boost MAX 3.0 (uniquement disponible sur les i7 et i9) : repris de la famille de processeurs HEDT, le Turbo Boost Max 3.0 est désormais disponible sur les CPU 10ème génération Core i9 et Core i7, et permet des fréquences plus élevées qu’avec le Turbo Boost 2.0. De plus il ajoute également des « Cœurs favorisés ». Cela fait que le système d’exploitation est conscient des deux cœurs les plus performants sur l’ensemble des cœurs du CPU. Ces cœurs favorisés supportent mieux des fréquences plus élevées que sur le reste du CPU. L’objectif est que le planificateur du système d’exploitation priorise les charges de travail en cours d’exécution sur ces cœurs afin qu’ils puissent s’exécuter plus rapidement. Windows 10 est compatible avec cela depuis la version 1609 et les noyaux Linux x64 le prennent en charge depuis janvier 2018.

    10e génération de processeurs Intel Comet Lake-S

    • Thermal Velocity Boost (uniquement disponible sur les i9) : repris de ses processeurs mobiles Core de 9e et 10e génération, le Thermal Velocity Boost est uniquement disponible pour les références Intel Core i9 de 10e génération. La fonction permet des fréquences encore plus élevées que Turbo Boost MAX 3.0 via de courtes rafales. Il faudra néanmoins un système de refroidissement suffisamment efficace qui soit capable de maintenir constamment les températures en dessous d’un seuil. De plus il faut que quelques objectifs de puissance soient atteints. Le seuil est fixé à 70 °C.

    Pour rentrer plus profondément dans la technique, ce processeur utilise l’usage de STIM (Soldered Thermal Interface Material). Un procédé qui consiste à souder le die à l’IHS permettant une meilleure dissipation thermique comparativement à une pâte thermique. En effet, l’utilisation par Intel d’une pâte thermique pour faire échangeur thermique entre le die et l’IHS (le couvercle en cuivre nickelé) a démontré des températures élevées et a démocratisé le délid. Une opération consistant à retirer l’IHS afin de remplacer la pâte interne, généralement par du métal liquide Thermal Grizzly Conductonaut offrant de bien meilleures températures. Cette opération peut faire gagner sur un processeur Intel Core i7-8700K jusqu’à -20°C en charge, ce qui est non négligeable. Le délid est toutefois toujours possible sur cette 10e génération de processeurs qui sont soudés, mais est moins facile à réaliser et le gain en température est forcément moins conséquent.

    Toujours pour parler de l’IHS, celui subit un changement physique sur cette génération de processeur. Le die est plus fin et passe de 800 µm à 500 µm par rapport à la génération précédente. Toutefois la hauteur du CPU ne change pas puisque l’IHS gagne en épaisseur ce qui induit une meilleure dissipation de la chaleur.

    10e génération de processeurs Intel Comet Lake-S

    Cette 10e génération de processeurs Intel est venue dans un premier temps en compagnie du chipset Intel Z490 apportant quelques nouveautés mineures par rapport au chipset Z390. Nous gagnons en lignes PCIe puisque nous passons de 30 pour le Z390 à 40 pour le Z490. Le Wifi 6 802.11ax est désormais de la partie avec une bande passante théorique atteignant les 2,4 Gb/s contre 1,74 Gb/s sur la norme précédente. Il accepte au maximum six ports USB 3.2 Gen 2 et 10 ports USB 3.2 Gen 1. Enfin, il introduit d’une manière bien plus généralisée les ports Ethernet 2,5 Gigabit avec contrôleur Intel I225.

    Diagramme chipset Intel Z490

    Comme toujours sur les processeurs Intel haut de gamme il est dépourvu de système de refroidissement lors de l’achat et il faudra donc penser à en acheter un séparément. Avec un tel processeur, nous préconisons au minimum un AiO 240 mm.

    Passons à la suite et regardons comment ce processeur se laisse overclocker et regardons les températures et consommations.

    Voir la suite

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.