Test : Intel Core i9-12900KS, un CPU très chaud pour le gaming

    Aujourd’hui dans la Cuisine du Hardware, nous avons le plaisir de passer en test le dernier processeur d’Intel : le Core i9-12900KS. Il s’agit ni plus ni moins du nouveau flagship du géant californien. En effet, celui-ci se base sur le i9-12900K, mais bénéficie de fréquences revues à la hausse pour faire encore mieux, et surtout concurrencer le CPU AMD Ryzen 75800X3D. Nous allons voir ses performances tout au long de notre test, que ce soit en termes de températures, consommation, mais aussi bien sûr question performances en gaming et en applicatif.

    Processeur Intel Core i9-12900KS, notre test complet

    Rentrons dans les caractéristiques techniques de ce processeur. Ceci ne change pas face au i9-12900K et nous retrouvons donc toujours l’architecture hybride avec deux types distincts de cœurs. D’un côté nous avons huit cœurs à haute efficacité énergétique « Efficient » qui sont appelés E-Core (nom de code Gracemont) et de l’autre côté se trouvent huit cœurs « Performance » qui se nomment P-Core (au nom de code Golden Cove). C’est une distinction importante à faire, et pour plusieurs raisons. Il faut prendre en considération que les cœurs à haute efficacité énergétique ne profitent pas de l’Hyperthreading, c’est pourquoi il s’agit d’un processeur à 16 cœurs et 24 threads et non 32 threads comme il est logique d’avoir quand on a 16 cœurs.

    Ensuite, c’est la technologie Intel Thread Director qui se charge d’affecter ces cœurs à des types d’applications spécifiques. Cette architecture permet de gagner en efficacité lors de processus tournant en fond, par exemple OBS lorsqu’on streame un jeu ou lors de rendu vidéo sur Adobe Premiere Pro pendant que l’on importe des photos RAW et que nous réalisons une exportation en JPG sous Lightroom. Notez par la même occasion que Windows 11 a été développé pour optimiser les performances de cette nouvelle génération de processeurs. Cet OS est donc à privilégier plutôt que Windows 10 avec un CPU de 12e génération Alder Lake-S.

    Test Intel Core i9-12900KS
    Intel Core i9-12900KS

    Pour les fréquences, Le 12900KS est annoncé à 3,4/5,5 GHz contre 3,2/5,2 GHz sur le 12900K. La fréquence du E-Core en Turbo est à 4 GHz contre 3,9 GHz. Pour le P-Core, nous sommes à 5,2 GHz en Turbo et 5,3 GHz en Boost 3.0. C’est grâce au Thermal Velocity Boost que le CPU peut pousser la fréquence d’un P-Core jusqu’à 5,5 GHz. Pour cette génération, Intel a annoncé un gain allant jusqu’à 19 % par rapport à la génération précédente de cœurs Cypress Cove dans Rocket Lake, ceci à la même fréquence.

    Ce i9-12900KS utilise un cache L3 de 30 Mo et le TDP est de 150 W contre 125W pour le 12900K. Le PL1 et PL2 sont à 241 W, cette valeur reste identique au 12900K. Nous sommes ici sur un processus de gravure de 10 nm. Pour rappel, ce 12900KS gère nativement la mémoire DDR4-3200 et DDR5-4800. De plus, on retrouve une partie graphique intégrée basée sur un Intel Iris Xe Graphics 32 (UHD Graphics 770). 20 lignes PCIe sont présentes. Vous l’avez sans doute compris, certaines cartes mères tourneront avec de la DDR4 et d’autres avec de la DDR5, les slots étant différents en plus de l’architecture, il n’y aucune rétrocompatibilité entre ces normes mémoires.

    Allié à la technologie Intel Thread Director, Windows 11 a été conçu pour fonctionner de manière optimale avec ces processeurs Intel Alder Lake-S. En effet, avec deux types de cœurs différents et donc des performances différentes, le système doit en avoir conscience pour pouvoir attribuer chaque type de cœur à des tâches précises afin d’optimiser les performances globales. L’architecture d’instructions (ISA) est de ce fait plus complexe que sur les anciennes générations de CPU. Les systèmes mobiles fonctionnent pour la plupart déjà de cette manière, mais c’est une petite nouveauté dans le monde du Desktop.

    Selon Intel, les P-Cores sont optimisés pour les applications à un seul et léger thread comme les jeux ou les tâches de productivité générale en premier plan et se concentrent davantage sur les aspects liés aux performances. Pour les E-Cores, ils sont orientés vers les charges de travail avec de nombreux threads et peuvent également aider à gérer les tâches d’arrière-plan.

    Cette technologie permet au planificateur du système d’exploitation d’être au courant de la présence de différents ISA sur le même SoC et de gérer efficacement les ressources. Intel a déclaré que Thread Director prend en compte plusieurs paramètres tels que le TDP, la puissance disponible, etc., et fournit un retour continu au planificateur du système d’exploitation avec une « précision à la nanoseconde ». C’est pour ces raisons que ces processeurs ne seront pleinement utilisés que sous l’OS Windows 11.

    En se basant sur ce qu’annonce Intel, pour se représenter l’amélioration des performances par watts, à consommation « égale », le 12900K est annoncé comme 50% plus performant que le 11900K (250 W le 11900K et 241 W le 12900K). En consommant 125 W, il reste toujours plus performant de 30% par rapport au 11900K. le 12900K est au niveau du 11900K lorsqu’il consomme 65 W contre 250 W. Le 12900KS que nous testons maintenant ici, est donc encore un poil au-dessus niveau performance.


    Quid des tarifs ?

    Maintenant pour parler des prix, si nous regardons du côté de LDLC, l’i9-12900K se trouve à 779,95 euros (749,99 euros à sa sortie). Quant au i9-12900KS, nous le trouvons sur ce même site à 959,95 euros. C’est donc 180 euros de plus à sortir pour ce même CPU avec des fréquences plus élevées. Chez un autre marchand comme Amazon, le i9-12900K se trouve à 630 euros et le 12900KS est à 839 euros, c’est toujours 200 euros de plus, mais déjà plus accessible.


    Le packaging

    Le CPU arrive dans une jolie petite boîte bleue. Sur la face, nous avons le logo Intel Core avec la mention « Special Edition » et le logo « i9 » sur le coin supérieur droit. Sur les côtés, la boîte est ouverte et laisse une vue sur la reproduction d’un wafers qui sert d’écrin au CPU.

    Une fois ce petit carton ouvert, nous tombons donc sur la boîte représentant un wafer. À l’ouverture, nous avons le CPU logé et bien calé dans son emplacement.

    Passons à la suite et regardons ce que nous tirons de ce CPU Intel Core i9-12900KS en termes de températures et consommations.

    Lire la suite


    1 COMMENTAIRE

    1. C’est pénible de tronquer les échelles de graphique.
      Laissez les depuis le 0 comme dans n’importe quelle représentation graphique normale.
      C’est fait pour accentuer les écarts entre les processeurs évidemment mais ça empêche de se r dre compte du gain réel. Qui est minuscule en vrai.
      Au delà du fait de reprendre la couronne (on n’est donc que sur de l’ego ?) ce processeur n’a aucun intérêt. Conso, chauffe, prix, rien ne va….

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.