Test : MSI MEG Z590 ACE, avec deux ports Thunderbolt 4 à 40 Gb/s

    Overclocking automatique MSI Game Boost et Adaptive Boost Technology

    Cette carte mère sera testée dans notre configuration de référence que voici :

    Pour l’overclocking automatique, il s’active aussi simplement que l’XMP dans le BIOS. D’ailleurs l’option est juste à côté. L’overclocking automatique est ici assez léger puisque nous passons seulement à 4900 MHz sur l’ensemble des cœurs contre 4800 MHz de base lors d’un stress test Cinebench R15 sans la technologie Intel Adaptive Boost Technology. Avec ABT nous passons effectivement à 5,1 GHz sur l’ensemble des cœurs en charge. ABT rend donc l’OC automatique totalement inutile avec un processeur i9 11e génération. C’est pour cela que nous testons dans cette page le i9 sans ABT pour montrer les performances avec et sans l’OC automatique. Pour voir les performances pures du processeur Intel Core i9-11900K rendez-vous dans son test dédié.

    Avant de commencer, notez bien que sur les graphiques que vous allez voir, les cartes mères ASUS ont monté la fréquence du processeur à 5,1 GHz contre 4,9 GHz pour notre carte testée ici. Commençons par regarder les tensions atteintes avec et sans OC. Sous Fire Strike le Vcore du CPU passe de 1,303 V à 1,398 V. Sous Cinebench R15 nous passons de 1,275 V à 1,409 V. Précisons que ces mesures sont prises au multimètre durant la charge du CPU.

    Test Vcore OC automatique

    Au niveau des températures, la carte s’en sort assez bien grâce au Vcore qui n’augmente pas de manière exagérée lors de l’OC automatique. Ainsi on relève 60°C sous Fire Strike et 61 °C avec l’OC automatique. Quant à Cinebench R15, nous passons de 69°C à 72°C.

    benchmarks températures OC automatique

    Passons maintenant aux scores obtenus sous Cinebench R15 et Fire Strike de chez UL Benchmark. Sous Cinebench R15 nous passons d’un score de 2 433 points à 2464 points avec l’OC automatique. Sous Fire Strike nous passons de 27 503 points de Physics Score à 28 423 points. Il y a des différences assez grandes ici entre les plusieurs références, mais les BIOS optimisés pour profiter pleinement des CPU Intel Rocket Lake-S sont encore très jeunes.

    Globalement, ce léger overclocking permet effectivement de gagner en performances, mais il a l’avantage de maîtriser correctement les températures en n’étant pas du tout violent sur l’augmentation du Vcore du processeur. Passons maintenant à notre test spécial VRM dans la page suivante.

    Lire la suite

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.