Test : souris ROCCAT Kova AIMO

La souris est le prolongement du clavier, et comme lui elle a bénéficié depuis quelques années d’un re-design esthétique avec la venue du RGB. Direction ROCCAT dans ce nouveau test de souris avec une revisite de la Kova, la ROCCAT Kova AIMO.

Souris ROCCAT Kova AIMO, du super RGB

Logo ROCCAT

Dans la lignée des produits AIMO de la marque, ROCCAT nous présente une souris gamer plutôt sympa. La gamme AIMO comporte d’ailleurs plusieurs produits, comme le clavier Horde AIMO, le casque Khan AIMO et la souris Kone AIMO.

Souris Roccat Kova AIMO

Premier regard sur cette souris, et déjà bonne nouvelle déjà puisque cette souris ROCCAT Kova AIMO est une souris ambidextre, et donc conviendra aux droitiers comme aux gauchers, souvent oubliés. Avant d’aller plus loin, regardons du côté des caractéristiques :

  • Capteur optique : Pro-Optic R6 jusqu’à 7000 DPI
  • Processeur 32-bit Turbo Core V2 50 MHz
  • Mémoire interne : 512 kB
  • Temps de réponse : 1 ms
  • Taux d’échantillonnage USB : jusqu’à 1000 Hz
  • Accélération : 20G
  • 9 boutons programmables
  • Longueur câble : 1,80 m
  • Poids : 99 g

ROCCAT a déjà sorti une souris Kova en 2015, elle-même dérivée de la Kova[+]. La marque allemande en profite ici pour lui adjoindre la compatibilité avec son système d’éclairage intelligent AIMO.
Comme vous le voyez dans les caractéristiques, nous sommes sur une souris efficace et pleine de promesses. La souris ne change pas d’un point de vue esthétique, même si le logo KOVA a été malgré tout modifié. Elle est de plus disponible en deux couleurs, blanc ou noir.
Le retour de cette Kova « 2.0 » nous plaît beaucoup en tout cas.

Déballage

La boîte arbore le nouveau code couleur de ROCCAT, et nous trouvons ça plutôt sympa encore une fois. À l’avant nous retrouvons peu d’informations, avec la photo de la souris, le nom et le « GERMAN DESIGN ». À l’arrière une autre vue de la souris, quelques caractéristiques et trois mots qui résument l’esprit de cette souris : « COMFORT » « CONTROL » et « LIGHTNING ».

Sur les côtés rien d’intéressant, et c’est sous la boîte que nous finirons avec les caractéristiques, le contenu et le minimum requis.

Roccat Kova AIMO boite

Les boutons sont au nombre de onze, et sont programmables :

La souris Kova Aimo embarque une molette crantée, un bouton central (sur switch TTC blanc et paramétré par défaut pour naviguer entre les différents niveaux de sensibilité) et six boutons latéraux (quatre latéraux avec switches TTC rouges, deux Quick-Fire logés à côté des clics principaux avec switches TTC blancs), tous accessibles très facilement.

  • Bouton clic droit (interrupteurs Omron D2FC-F-7N)
  • Bouton clic gauche (interrupteurs Omron D2FC-F-7N)
  • La molette crantée Titan
  • Le clic de la molette
  • Le bouton de changement de DPI (switch TTC Blanc)
  • Un bouton « Précédent » droitier (switch TTC Rouge)
  • Un bouton « Suivant » droitier (switch TTC Rouge)
  • Un bouton « Précédent » gaucher (switch TTC Rouge)
  • Un bouton « Suivant » gaucher (switch TTC Rouge)
  • Un bouton Quick-Fire avant droit (switch TTC Blanc)
  • Un bouton Quick-Fire avant gauche (switch TTC Blanc)

On peut même arriver virtuellement à 22 boutons, grâce à la fonctionnalité Easy-Shift[+] de ROCCAT, qui permet d’assigner une commande alternative pour chaque bouton.

Les switchs Blanc sont légèrement moins bruyants et sensibles que les switchs Rouge, mais cela reste subtil.

Petit tour du propriétaire pour bien visualiser chaque face.

Le capteur de cette souris est un Pro-Optic R6. Derrière cette appellation se retrouve à priori un capteur Pixart PMW3320DB. La résolution est native à 3500 DPI, et peut monter jusqu’à 7000 DPI.

En dessous de la souris nous avons cinq patins en PTFE, qui permettent une bonne glisse. Nous allons le vérifier lors du test. Ils sont protégés par un plastique bleu, à enlever avant utilisation.

patins souris Roccat Kova AIMO

Le câble mesure 1,80 m et se termine par une prise USB non plaquée. Il est tressé, comme souvent chez ROCCAT, cela devrait donc durer dans le temps.
De manière générale, la souris nous laisse une bonne impression, mais la prise en main est spéciale. Elle est plus petite que la Kone AIMO que nous avons sous la main, et son design ambidextre ne convient pas à tout le monde.

Il existe d’ailleurs plusieurs manières de tenir sa souris suivant son ressenti et suivant également la forme de la souris :

  • Le Palm grip : la main est entièrement à plat sur la souris
  • Le Claw grip : la paume est posée sur l’arrière de la souris, mais les doigts sont recroquevillés perpendiculairement aux boutons de la souris
  • Le Fingertip grip : la main ne touche pas la souris et seul le bout des doigts touchent les boutons

Test souris Mad Catz RAT 8+

Personnellement j’ai plutôt tendance à préférer la position Palm grip, et je choisis ma souris en fonction de ce critère, entre autres.

Test : ROCCAT Kova AIMO

Habitué aux souris Roccat depuis des années (je tourne actuellement sur une Kone AIMO), le design ambidextre ne me choque pas, mais demande à être dompté.
Cette Kova AIMO est plus petite que la Kone, et donc demande un léger temps d’adaptation. Passé cela elle est plutôt agréable en main, même si j’ai du mal avec le design ambidextre. Ayant toujours eu des souris pour droitier, je m’attendais à ne pas être à l’aise et cela ne gêne pas tant que ça. Mais à prendre en considération.
Les doigts se posent naturellement sur les boutons Clic droit, Clic gauche et les boutons latéraux sont faciles d’accès.

Nous la testons comme pour toutes les souris sur deux tapis différents, le tapis de souris Tt Draconem RGB dont la surface est rigide et le HyperX Fury S qui est en tissu souple.
Pour les jeux, on ne change pas la donne puisque l’on retrouve Battlefield V, Black Desert Online, Quake Champions et la version d’essai de Shadow of the Tomb Raider. Mais nous allons également l’utiliser dans notre activité quotidienne de rédaction, retouche photo et autres.

Les boutons sont assez sensibles, mais pas trop. Le clic est discret pour les boutons latéraux, par contre les clics droit et gauche le sont beaucoup moins. Le paramétrage personnalisé des boutons est pratique pour les joueurs, comme pour les amateurs de raccourcis souris. En jeu le changement de DPI à la volée est aisé, et vous pouvez modifier les valeurs dans le logiciel (voir plus bas).
La souris réagit bien dans l’ensemble et les deux boutons Quick-Fire de chaque côté des clics droit et gauche apporte un petit plus, pour une action rapide et aisée.

Pour une souris à seulement 60 €, ROCCAT a mis le paquet pour offrir une souris polyvalente, aussi bien gamer que bureautique. Elle est fluide dans les mouvements et se comporte très bien sur un tapis de souris, qu’il soit souple ou rigide.
Petit bémol, le revêtement marque assez rapidement. Les traces de doigts sont quasi inévitables et gare aux accrochages et griffures.

Test souris gamer Roccat Kova AIMO

L’éclairage est plutôt discret et se situe au niveau de la molette et à l’arrière de la souris. Ce dernier est même d’ailleurs un peu mal placé car légèrement enfoncé dans la souris, et se voit trop peu. Dommage, ou pas pour les amateurs d’éclairage discret.

Test souris Roccat Kova AIMO éclairage RGB

Logiciel

Évidemment, afin de mieux gérer cette souris Kova AIMO nous disposons du logiciel Roccat Swarm en version 1.9345 à l’heure où nous écrivons. Le logiciel Swarm permet d’unifier ses périphériques ROCCAT, et notamment ceux disposant de la technologie AIMO.

En haut nous retrouvons les différents périphériques compatibles, la Kova AIMO, la Kone AIMO et le réglage AIMO.
En dessous, nous avons plusieurs onglets pour un maximum de paramétrages de la souris :

  • Épingle : On retrouve ici les réglages que l’on a épinglés dans les favoris. Par défaut ça sera le réglage des DPI, la vitesse du pointeur Windows, l’éclairage et l’attribution des touches.
  • Paramètres où nous retrouvons :
    – Vitesse de défilement vertical (nombre de lignes)
    – Vitesse d’inclinaison horizontale (nombre de colonnes)
    – Vitesse du double clic
    – Interrupteur DPI (cinq paliers possibles au niveau du bouton, de 250 à 7000 DPI)
    – Vitesse du pointeur Windows
  • Attribution des touches où vous avez la possibilité de modifier la fonction de chaque touche, ainsi que celle de l’Easy Shift[+]
    Vous pouvez avoir un réglage différent selon que vous soyez droitier ou gaucher.
  • Paramètres avancés où l’on retrouve :
    – Taux d’interrogation : de 125 Hz à 1000 Hz
    – Réinitialiser les paramètres
    – Retour audio, où certaines actions peuvent être accompagnées d’un son
  • Éclairage où vous choisissez entre plusieurs modes :
    – AIMO : Éclairage harmonieux
    – Plein éclairage
    – Respiration
    – Clignotant

Dans le bas, trois autres onglets proposent des Game profils (5 emplacements), Gestionnaire de profil et un Gestionnaire de macro (dont certains sont déjà existants).

Conclusion : souris ROCCAT Kova AIMO

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, et ROCCAT nous le prouve. Descendante de la Kova, elle-même descendante de la Kova[+], cette version AIMO s’en sort avec les honneurs. Du côté des tarifs, c’est également une bonne nouvelle. Cette souris est vendue seulement 59,99 € sur le site de ROCCAT, ou 59,95 € sur le site de LDLC (en noir ou en blanc). En effet le prix de la Kova « normale » baisse à 49,99 €, pour laisser la Kova AIMO prendre sa place et son tarif.
Abordable et malgré tout efficace, ça donne à réfléchir.

test souris Roccat Kova AIMO

Ça sera donc une médaille d’Or pour la rédaction, même si nous aurions aimé un peu plus de nouveautés dans ce refresh AIMO.
Son prix et ses caractéristiques sont correctement placés, et les gauchers seront ravis d’avoir une bonne souris à se mettre sous la main.

Médaille d'or par HardwareCooking

Pour

  • Ambidextre
  • Éclairage RGB discret
  • Prix
  • Look
  • Finition
  • Glisse

Contre

  • Prise en main pas toujours évidente
  • Éclairage RGB trop discret ?
  • Plastique qui marque rapidement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.