Les processeurs Intel pourraient être interdits en Chine ?

    Intel pourrait être confronté à de sérieux problèmes en Chine. En effet, c’est l’Institut de Microélectronique de l’Académie chinoise des sciences (IMECAS) qui a déposé plainte en 2018 pour violation de brevet.

    Les processeurs Intel bientôt interdits en Chine ?

    C’est donc en 2018 qu’un laboratoire de recherche et développement, financé par le gouvernement chinois, dépose plainte contre Intel pour une violation de son brevet FinFET. Mais cette fois-ci Intel n’a pas réussi à convaincre le Conseil chinois des réexamens des brevets. Ceci marque ni plus ni moins un coup pour les bleus alors que le Conseil cherche à faire interdire les processeurs de la marque à travers tout le pays.

    Les processeurs Intel pourraient être interdits en Chine
    Processeur Intel

    IMECAS a donc déposé plainte contre Intel en 2018 en réclamant pas moins de 200 millions de yuans (environ 26 millions d’euros) en dommages et intérêts pour le litige. Le procès veut aussi faire interdire la vente des processeurs Intel, à moins que les deux compagnies ne trouvent un accord de licence.

    « Cette décision est susceptible d’appel et Intel espère que les tribunaux examineront de manière équilibrée les contestations d’invalidité d’Intel sur le brevet revendiqué », a déclaré un représentant d’Intel au portail Tom’s Hardware. »

    Un brevet contesté par Intel

    Les conceptions FinFet sont utilisées par Intel depuis les Core de troisième génération (Ivy Bridge en 2011). De plus, le procès porte sur le brevet 457 (CN 102956457), également appelé brevet FinFET. IMECAS a également porté plainte contre Dell China et JingDong Century Information Technology (JD), mais ces sociétés ont offert des dommages et intérêts.

    Par contre, Intel réussit à contester la validité du brevet. En effet, trois revendications se sont avérées invalides. Cependant, onze des réclamations restent au contraire valides. En d’autres termes, le procès contre Intel se poursuivra encore un moment.
    Les bleus vont épuiser toutes les possibilités pour lutter contre ces poursuites judiciaires, mais IMECAS est littéralement sur son propre terrain. De plus, le laboratoire enregistre pas moins de 5000 brevets en Chine, 500 dans d’autres pays, ainsi que 1505 licences de brevets en technologie IC. IMECAS est loin d’être novice dans la pose de brevet et un plaideur expérimenté. Nous ne sommes donc qu’au début de cette affaire.


     

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.