Test : NVIDIA Image Scaling, ou comment gagner des FPS sur tous les GPU ?

    Conclusion : l’Image Scaling, bien ou bien ?

    Concrètement, nous pensons que cet outil sera surtout utile aux testeurs et aux divers médias dans leur benchmark et pour montrer l’avantage de telle ou telle technologie sur un jeu. Mais aussi pourquoi pas aux photographes/vidéastes pour comparer des retouches et traitement sur les shoots ? Au-delà de ça, chaque utilisateur pourra s’amuser à comparer la qualité visuelle dans son jeu favori avec telle ou telle technologie et ainsi s’en faire une idée précise dans son cas d’utilisation précis.

    L’Image Scaling est à voir comme une technologie complémentaire au DLSS. Si l’on dispose d’une RTX, autant utiliser le DLSS qui propose une meilleure qualité d’image sur les jeux proposant cette option. On pourra donc aussi l’utiliser sur des RTX lorsque le jeu ne supporte pas encore le DLSS. En revanche, si l’on n’a pas la chance d’avoir une carte GeForce RTX et que l’on dispose d’une GTX ou d’une carte AMD, utiliser l’Image Scaling est alors un bon choix. D’ailleurs, le FSR en face nous semble de moins bonne qualité visuellement, les lignes sont trop hachées, rendant un aspect moins naturel comparativement à l’Image Scaling.

    En termes de performances (FPS), un réglage à 77 % nous semble être un bon compromis en termes de qualité visuelle/FPS. En effet, cela permet par exemple à notre RTX 3070 de passer de 47 FPS en 4K natif à 63 FPS de moyenne sous le jeu Assassin’s Creed Valhalla. Nous pourrons même monter jusqu’à 92 FPS avec un réglage à 50 % pour ceux voulant le plus de fluidité possible. De même pour Far Cry 6 nous passons de 59 FPS en 4K à 83 FPS avec un réglage à 77 %. Cela permet donc à notre RTX 3070 de passer la barre des 60 FPS plus facilement sur les jeux ne disposant pas du DLSS. Tout ceci pour une différence de qualité visuelle quasi nulle à moins de zoomer comme un porc et de chercher à tout prix des différences. De plus, il est toujours possible de modifier le niveau de netteté avec le curseur. Bref, que l’on ait une grosse ou une petite carte graphique, difficile de trouver une raison valable de s’en priver lorsqu’on profiterait réellement d’un gain de FPS.



    6 Commentaires

    1. Bonjour.

      Félicitation pour cet article.
      J’ai adoré, puis saisir les différences et nuances de chaque technologies est facile et limpide.

      Pas compris la possible utilité pour de la retouche photo.
      Par contre, pour le montage vidéo, peut-être utile pour gagner de l’espace de stockage ou pour de la diffusion sur le net (pour une question de taille d’image et de poids) ?
      Si vous pouviez éclaircir ma lanterne.

      • Hello, alors, je pense que tu parles de ICAT, l’outil qui te permet de comparer des images/vidéos. Il s’agit seulement d’un outil permettant d’afficher côte à côté des images et vidéos afin de les comparer facilement visuellement (side by side ou en split). Pour le coup c’est moi qui ne comprend pas ce qui t’a fais penser qu’il permettrait de gagner de l’espace de stockage. Dis-moi si un passage n’est pas totalement clair, je détaillerais un peu plus si besoin.

    2. C’est le paragraphe dans la conclusion, où vous parlez d’une possible utilité en retouche photo et montage vidéo. Après si c’est juste pour comparer pour je ne sais quoi de bench mais inutile en pratique (non exploitable pour de l’impression photo ou diffusion vidéo).
      Pour le poids et donc le stockage. Je supposais qu’une image upscalée prenne moins de place qu’une image native, comme choisir différents niveaux de compression / qualité. Avec un gain de place à la clé. Il faut aussi que ledit logiciel prenne en charge cette technologie. Déjà que, a part les logiciels pro, l’accélération matériel reste très faiblement voire pas du tout utilisé.
      En jeux vidéo, c’est clairement intéressant pour les possesseurs de NVidia gtx et AMD Radeon, là pas de soucis.

    3. En effet, c’est uniquement pour comparer visuellement des images, le logiciel n’a aucun autre but. Par exemple, si je veux montrer à quelqu’un des retouches que j’ai faites sur une photo en mode avant/après, ce logiciel sera parfait pour bien montrer les différences.

      L’ICAT est juste un outil de comparaison d’image, il faut vraiment prendre son nom au pied de la lettre. L’Image Scaling c’est pas l’ICAT, Image Scaling ce n’est une technologie qui te permet de gagner en performance dans des jeux et ici on s’est justement servi de ICAT pour regarder l’impact de cette technologie sur la qualité visuelle des jeux.

      • Là c’est définitivement clair. Merci beaucoup. Je suis parti trop loin ! J’avais rien compris.
        Donc, si équipé NVidia, j’utilise les technologies DLSS dans les jeux compatibles et CUDA dans les logiciels compatibles (accélération matériel).

    4. Merci pour toutes ces infos claires.
      Si je résume, l utilisateur investit dans un écran 4k et après upscaler l’image car les cartes graphiques ne suivent pas. Autant rester sur un bon écran 1080p natif!
      Un bon écran 27″ en 1080p à 120Hz ou 144Hz cest aussi bien et une bonne 1080ti ça passe crème.
      A l’époque de Doom, Duke Nukem 3d sous Dos si on arrivait à afficher du 320 on était très content.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.